Grain de joie : Se réjouir

Depuis quelques mois, je m’exerce à recenser chaque soir cinq petits bonheurs de ma journée. Ce n’est pas toujours facile. Parfois, c’est aussi simple qu’un joli reflet dans les feuilles des arbres. D’autres fois, pas. Alors, je me rappelle un sourire, une cabriole de mes chats…

Ayant appris il a une dizaine d’années que le cerveau est malléable (les neurosciences parlent de plasticité neuronale) et qu’on peut le (re)programmer, je choisis consciemment de privilégier les bonnes nouvelles plutôt que ressasser les moins bonnes. En bref, recenser par écrit au minimum cinq petits bonheurs par jour m’aide à cultiver ma joie de vivre.

Je voudrais vous raconter un de mes bonheurs d’hier parce qu’il a suscité beaucoup de belles émotions en moi ! J’ai reçu un mail d’une amie qui m’écrivait ceci :

De : M.
Objet : Une demande d’article…

« Bonjour Sab’,

J’espère que tu vas bien! J’espère aussi que les ateliers d’écriture que tu organises avec … rencontrent du succès et se passent pour le mieux.

Ce petit message car j’ai une demande à formuler. Je t’avais entendue à la radio début septembre (ou fin août, je ne sais plus…), à propos de la façon dont tu envisages tes soucis de santé, ton handicap, la douleur qui accompagne tout cela. J’essaie aussi de te lire via Facebook et ton blog.

Au boulot, nous travaillons cette année le thème du bonheur (…). Notre thème pour le numéro de novembre est « Bonheur et résilience », ou comment être heureux malgré la maladie, le handicap, la souffrance, le grand-âge?

C’est dans ce cadre que j’aurais besoin de tes services: serais-tu d’accord de nous écrire un article, ou de nous permettre de publier quelque chose que tu aurais déjà écrit, à ce sujet? (…)  L’idée est de donner cela sous forme de témoignage (…)

L’idée, tu l’auras sans doute compris, n’est pas de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais qu’il est possible d’être heureux en tant que personne handicapée, au même titre qu’en tant que personne valide, mais sans doute pas de la même manière…(…)

Bisous et à bientôt j’espère!

M.

Oups, vous dire que j’étais ravie est peu dire. Je faisais des bonds de joie dans mon fauteuil et me suis évidemment empressée de lui répondre :

Coucou M.,

Que je reçoive ton message aujourd’hui me fait à nouveau penser à la citation de Paul Éluard : « Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous ». Car c’est bien un rendez-vous que tu m’offres par ta demande.

Comme tu le sais, j’écris un blog qui a pour but justement de témoigner de ma joie de vivre malgré la maladie et le handicap dont je suis atteinte, malgré la douleur et les soucis de santé qui en découlent.

Ce blog a également pour objectif de me débloquer dans mon écriture car j’ai décidé, il y a quelques mois, de concrétiser mon rêve d’écrire mon récit de vie en vue de sa publication. Il a enfin pour but de m’aider à financer mon auto-publication si je ne trouve pas d’éditeur susceptible de me publier, car j’éprouve la volonté de transmettre, non seulement à mes petits-enfants et amis, mais aussi aux parents qui attendent un enfant malade ou handicapé, que la joie de vivre est possible pour leur enfant.

Tu remarqueras que je parle de joie de vivre et non de bonheur. Pour moi, le bonheur est un trop gros concept, trop chargé d’attente, d’espoirs déçus, de lourdes charges émotionnelles, alors que la joie ou les joies jaillissent, parfois au moment où on s’y attend le moins, à condition de développer en soi les outils nécessaires pour la (les) favoriser. Et c’est le travail d’une vie, mais c’est aussi le travail des parents, des éducateurs, des enseignants de veiller à aider l’enfant à bien s’outiller pour la vie.

Oups, je me sens très dithyrambique. J’arrête. Mais tu m’as offert l’occasion de préciser mon objectif pour les mois qui viennent.

Je serai ravie et très flattée que tu me proposes de me publier (…)

En te remerciant déjà pour ton attention, je t’embrasse bien fort,

Sab’

Je lui ai envoyé ce mail … Et j’ai ressenti immédiatement un grand « bonheur ». 😀


N.B. : Ceci n’a rien à voir avec cela, mais je vous encourage vivement à aller voir le site que viennent de créer une vingtaine de jeunes youtubeurs « super connus » dont un Belge. Le site s’appelle : « Il est encore temps »  et parle de ce que chacun d’entre nous peut faire pour éviter la catastrophe climatique. Je me suis inscrite et je les soutiens de tout mon cœur. Cliquez ICI. Merci.

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. christineh53 dit :

    J’aime particulièrement le passage où tu distingues la joie du bonheur « un trop gros concept »… Et je te rejoins complètement: le bonheur, je ne m’en préoccupe pas, mais s’éveiller et s’ouvrir aux joies qui jaillissent dans les petites choses, mille fois OUI!!!

    J'aime

    1. Merci Christine. En me relisant, je réalise enfin ce qui

      J'aime

    2. Merci Christine, en te lisant et en me relisant, je comprends soudain ce qui distingue la joie du bonheur. J’en parlerai certainement bientôt. Bisous.

      J'aime

  2. Claire Libouton dit :

    Quand tu parles des petites joies quotidiennes,je pense à Christian Bobin et à Philippe Delerm,surtout dans  » La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ».Et tu les décris si bien,ces petites joies qu’il faut savourer longtemps comme un bonbon qu’on suce .Je suis heureuse qu’on t’ait demandé de publier tes écrits.Tu peux être fière car c’est une reconnaissance de l’intérêt et de la qualité de tes textes .Merci encore de nous accueillir chez toi.
    Pourrais-tu me donner ton numéro de compte que je puisse participer à l’édition de ton livre?Je me bats encore avec certains aspects de Facebook et autres joyeusetés informatiques.
    Je t’embrasse avec toute mon amitié et toute mon admiration pour ton rayonnement et ta générosité.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Claire, de tout coeur, pour ton message qui me donne chaud au coeur.

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.