Grain de joie : Se démaquiller

Premier jour de grosse douleur depuis trois mois. Logique : le temps devient plus humide. C’est la rentrée.

Après m’être énervée, promenée pour muscler mes abdos, fatiguée et empatchée (comprenez : Collée un patch anti-inflammatoire sur mes vertèbres douloureuses), j’ai décidé d’écrire sur tout autre chose :

Le démaquillage. Etape essentielle (!) et ô combien répétée dans la vie d’une femme :-).

Une étape où j’ai l’impression de me faire arnaquer.

Depuis quelques siècles, nous sommes sortis de l’époque où on ne se lavait pas à l’eau car elle était polluée de déjections. Quoiqu’en pensent mes petits-enfants, je n’ai pas connu cette époque. Fort heureusement.

Donc, enfant, je me lavais le visage à l’eau.

Puis, adolescente, j’ai commencé à me maquiller « comme tout le monde » et donc à me démaquiller et pendant des années, j’ai utilisé pour cela, « comme tout le monde », un lait démaquillant suivi d’une lotion dite « tonique ».

Il y a quelques années, je suis passée, suivant les conseils des publicitaires, à l’eau micellaire, estimée « meilleure pour la peau », suivie d’une lotion toujours « tonique », mais sans alcool ni parabène, etc.

Il y a quelques jours, ayant terminé mon flacon d’eau micellaire et suite à lecture de l’article d’un blog sur cette étape « fondamentale » du nettoyage de la peau, je vais en pharmacie m’acheter une « lotion lavante » réputée « bonne pour la peau » et là, qu’est-ce que je lis, en petits caractères sur le flacon ? Une liste longue comme un jour sans pain d’ingrédients issus de « l’Agriculture Biologique » suivis de termes moins attractifs tels que « citric acid, parfum fragrance, ou, plus obscurs, « phenoxytanol », « tocopherol » et « hexyl cinnamal ». Et cette liste se conclut par la formule magique et rassurante : « Évitez le contour des yeux » ! Comme diraient les Anglais : WTF ?

Évidemment, on pourrait me rétorquer, à raison, que je n’ai qu’à ne pas me maquiller et retourner au savon classique, mais celui-là aussi a ses détracteurs et puis, c’est un autre débat.

Un point positif pour conclure :  Je me suis tellement concentrée pour écrire ceci que je n’ai quasiment pas ressenti de douleur pendant ce laps de temps.