Grain de joie : Rêver

Hier soir, à 20h13 précises, j’ai vécu l’immense privilège, pour la quatrième année consécutive, de voir passer devant mes portes fenêtres une trentaine d’oies cendrées, provenant sans doute du lac tout proche. Ce n’était pas un vol d’essai, elles étaient en formation caractéristique de migration et volaient droit en direction du sud-est.

Mon cœur n’a fait qu’un bond et je n’ai eu que le temps de prévenir mon mari pour qu’il puisse admirer les dernières…

Je ne sais pas ce qui les incite si soudainement à s’envoler ensemble ni d’où leur vient cet instinct de migrer. Et je ne suis pas certaine que l’homme ait la sagesse suffisante pour le savoir déjà, mais j’ai trouvé leur vol si beau, si « majestueux » comme on dit communément, que je me suis surprise à rêver qu’en l’apprenant, mes frères humains décideraient peut-être enfin d’effacer les frontières et migrer librement.  Oh, je sais, je suis une grande rêveuse…

Chaque année, je les guette, ces oies sauvages, autant avec envie que regret de voir partir celles qui sont devenues pour moi les annonciatrices que « Winter is coming ».

Oui, moi, humaine
Clouée au sol sans aile
Enfermée dans ce corps défaillant
J’avoue, l’espace d’un instant,
Les avoir enviées.

 

3 commentaires

  1. Ah, je viens d’en apprendre plus sur Wikipédia : « Les oies cendrées sauvages sont généralement migratrices.(…) Cette espèce migre vers ses quartiers d’hiver de septembre à début décembre.Le retour des oies cendrées se déroule de fin février à mars. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Oie_cendrée)…
    Pfft, personne ne leur a dit qu’on n’est que mi-août ?

    Aimé par 1 personne

  2. Michel Collart dit :

    Liberté, oh liberté chérie 😘

    J'aime

  3. brigittefraipont dit :

    Bravo !! C’est superbe.
    Bisous
    Brigitte

    J'aime

Les commentaires sont fermés.