Coup d’humeur…

…contre les médias et les politiciens (tant pis, je ne me ferai pas d’amis aujourd’hui).

Ce matin, en écoutant les infos, je me suis énervée toute seule… Je m’explique :

J’avoue que j’ai beaucoup de peine et je compatis entièrement au drame que vivent les parents des victimes du viaduc Morandi, à Gênes, mais je ne peux m’empêcher de m’agacer en constatant que le développement de chaque catastrophe (qu’elle soit ou non naturelle) par les médias et la politique est toujours le même…

Je résume (en jour, mais cela peut se faire en heures, voire en minutes, suivant la gravité estimée de ladite catastrophe et surtout son degré de proximité avec le public) :

Moment 1. : On crie à la catastrophe, on décompte, heures après heures, voire minutes après minutes, les victimes, comme des pions. On pense seulement ensuite à leurs proches qui parfois apprennent la nouvelle par le biais du journal parlé ou télévisé ou de quelqu’un qui « écoutait les infos ».

Moment 2 : On continue le décompte et on envoie – ou on trouve sur place, selon les moyens du média – un attaché « spécial » qui nous fait entendre des « témoignages bouleversants ». Puis il faut commencer à chercher le coupable, qu’il s’agisse de l’entrepreneur, de l’État, de l’Union Européenne voire même du climat (pour lequel on s’étonne « bon Dieu, mais c’est bizarre comme il se modifie ! »). C’est là que les politiciens commencent à entrer sur scène.

Moment 3 : On espère encore quelques survivants mais « les chances s’amenuisent au fil des heures » et, outre la recherche du coupable, on se demande maintenant si cela pourrait arriver chez nous et on fait venir l’ expert qui va « se montrer rassurant ». Ou pas.

Pfft, je sais que c’est la « procédure obligée » attendue de tous mais si on pouvait, un jour, être assez sage pour réduire le sensationnalisme des moments 2 et 3, et aussi, tant qu’à faire, du moment 1, (surtout quand on n’est pas sûr des chiffres qu’on avance), je trouve que le journalisme et la politique s’en trouveraient grandis. Enfin, c’est mon opinion, … mais je la partage.  🙂